Archives pour la catégorie Actualités

UNE HORLOGE

CHOMEL, UN ARCHITECTE POUR L’ÉCOLE

 

Découvrez l’ouvrage Alain Chomel, un architecte pour l’école au Centre de Culture Urbaine Alain Chomel le samedi 20 mai. 


Lire la suite

Alain Chomel a exercé le métier d’architecte à Lyon de 1955 à 2000. Le Centre de Culture Urbaine Archipel propose de présenter au public l’ouvrage qui déroule ses années d’une architecture incarnée, exigeante et novatrice, particulièrement dans le domaine scolaire. Découvrez comment cette personnalité passionnée et singulière a centré sa carrière sur la conviction que l’extérieur doit exprimer l’intérieur... 

SAMEDI 20 MAI – 15H
Archipel 21, pl. des Terreaux – 69001 Lyon
04 78 30 61 04

UNE HORLOGE

UNE HORLOGE N’EST PAS LE TEMPS

 

Rencontrez l’artiste Matthieu Loos pour un échange autour de son ouvrage Une horloge n’est pas le temps


Lire la suite

Une horloge n’est pas le temps. En 2015, l’artiste Matthieu Loos décide d’ajouter une journée au calendrier : le 29 février 2015. Il entreprend alors la création d’une oeuvre d’art, nommée Bissextil, en réalisant chaque jour une photographie. Réunies dans cet ouvrage, ses créations révèlent cette année de flânerie. Entre poésie et photographie, il questionne la relation que nous entretenons avec le temps, affirmant que «même réél, il n’existe pas. Où l’inverse, peut importe.» Nous vous proposons de rencontrer Matthieu Loos pour un échange autour de cette insoumission au temps.

JEUDI 04 MAI – 19H
Le Bal des Ardents 17, rue Neuve – 69001 Lyon
04 72 98 83 36

CLERMONT

LE BEAUFORT. RÉINVENTER LE FRUIT COMMUN

 

La fromagerie Nivesse à Clermont Ferrand propose une rencontre avec France Harvois autour du l’ouvrage Le Beaufort. Réinventer le fruit commun


Lire la suite

Le Beaufort, réinventer le fruit commun. Le fromage Beaufort, « Prince des Gruyères », n’est pas seulement un fleuron de la gastronomie française : c’est aussi et surtout l’aboutissement d’une formidable aventure humaine, à laquelle cet ouvrage rend hommage. Nous vous proposons de découvrir cette histoire avec la journaliste et auteure France Harvois dans une fromagerie emblématique de Clermont-Ferrand.

SAMEDI 29 AVRIL – DE 10H À 14H
Fromagerie Nivesse – 23 place Saint Pierre
– 63000 CLERMONT-FERRAND
04 73 31 07 00

Actualités gabarit

LE BEAUFORT. RÉINVENTER LE FRUIT COMMUN

 

Découvrez l’ouvrage Le Beaufort. Réinventer le fruit commun le temps d’une soirée signature et dégustation au bar à fromages La Coop à Paris. 


Lire la suite

Le Beaufort. Réinventer le fruit commun.  Le fromage Beaufort, « Prince des Gruyères », n’est pas seulement un fleuron de la gastronomie française : c’est aussi et surtout l’aboutissement d’une formidable aventure humaine, à laquelle cet ouvrage rend hommage. Les auteurs France Harvois et Édouard Lynch ainsi qu’Yvon Bochet, président de la Coopérative Laitière du Beaufortain, vous invitent à venir à la découverte de ce produit et de son histoire à travers un événement entièrement dédié au fromage savoyard. 

VENDREDI 24 MARS – 18h
La Coop
 9, rue Corneille – 75006 Paris
01 43 29 91 07

Actualités gabarit

LE BEAUFORT. RÉINVENTER LE FRUIT COMMUN

 

Découvrez l’ouvrage Le Beaufort. Réinventer le fruit commun le temps d’un après-midi signature et dégustation à la librairie In Cuisine à Lyon. 


Lire la suite

Le Beaufort. Réinventer le fruit commun.  Le fromage Beaufort, « Prince des Gruyères », n’est pas seulement un fleuron de la gastronomie française : c’est aussi et surtout l’aboutissement d’une formidable aventure humaine, à laquelle cet ouvrage rend hommage. Les auteurs France Harvois et Édouard Lynch ainsi qu’un producteur de la Coopérative Laitière du Beaufortain vous invitent à venir à la découverte de ce produit et de son histoire à travers cet événement entièrement dédié au fromage savoyard. 

SAMEDI 18 MARS – 15h
Librairie In Cuisine
 1, place Bellecour – 69002 Lyon
04 72 41 18 00

EDITIONS LIBEL

LIBEL-RENCONTRE

ÉVÉNEMENT À LA BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE DE LYON

 

Les éditions Libel vous invitent à découvrir leurs ouvrages et leur métier le temps d’un après-midi.

Lire la suite

À l’occasion de la sortie du catalogue 2017, les éditions Libel seront à la Bibliothèque municipale du 2ème dès 14h pour présenter ses titres au public. L’après midi se conclura à 17h par un échange avec Benoît Roux, éditeur, autour de son métier d’artisan du livre.

SAMEDI 4 FÉVRIER 2017 – DE 14H À 18H
Bibliothèque municipale du 2ème arrondissement de Lyon
13 rue de Condé – 69002 Lyon
04 78 38 60 00

 

UNE HORLOGE

actu-horloge

UNE HORLOGE N’EST PAS LE TEMPS. OU L’INVERSE PEU IMPORTE

 

Retrouvez Matthieu Loos le jeudi 1er décembre à l’atelier Item pour une présentation de son ouvrage Une horloge n’est pas le temps.

Lire la suite

Entre performance artistique et poésie le comédien Matthieu Loos partage sa réflexion sur le temps avec son ouvrage Une horloge n’est pas le temps. Cette rencontre sera aussi l’occasion de découvrir ses instantanés photographiques réalisés pour le projet Bissextil.

JEUDI 1ER DÉCEMBRE 2016 – 19H00
Atelier Item
Impasse Fernand Rey – 69001 Lyon

Lyon, vallée de la chimie

actu-chimi

LYON, VALLÉE DE LA CHIMIE


Découvrez le travail du photographe David Desaleux le temps de l’exposition Vivre au bord de l’usine à la médiathèque de Saint-Fons jusqu’au 1er octobre 2016

Lire la suite

Depuis 2011, David Desaleux arpente les différentes communes de la Vallée de la chimie pour en saisir l’identité. Ses photographies montrent ses habitants, ses usines, mais aussi sa nature traversée par le fleuve…
Cette exposition reprend les images de l’ouvrage Lyon, vallée de la chimie. Traversée d’un paysage industriel.

MARDI 6 SEPTEMBRE – 1er OCTOBRE 2016 – Entrée libre
Médiathèque de Saint-Fons
Place Roger Salengro – 69190 Saint-Fons
04 78 70 96 98

PRENDRE LE MAQUIS

Gabarit-news-MAQUIS


PRENDRE LE MAQUIS. TRACES, HISTOIRES, MÉMOIRES

 

Philippe Hanus présentera l’ouvrage Prendre le maquis le jeudi 23 juin 2016 à partir de 20h00 à la Halle de Pont-en-Royans.

Lire la suite

Prendre le maquis évoque grâce à différents textes d’historiens  et des archives photographiques la vie des maquisards entre 1943 et 1945. Cet ouvrage publié en partenariat avec Mémorha, le réseau des lieux de la Résistance en Auvergne-Rhône-Alpes permet au plus grand nombre de comprendre le phénomène maquis.

JEUDI 23 JUIN 2016 – 20h00
La Halle de Pont-en-Royans
Place de la Halle – 38680 Pont-en-Royans
04 76 36 05 26

 

Actualités gabarit

news-RHONE

 

POUR SALUER LE RHÔNE

 

Jacques Bethemont et Jean-Paul Bravard seront le mardi 3 mai 2016 à partir de 18h30 chez Archipel Librairie pour présenter leur ouvrage.

Lire la suite

Pour saluer le Rhône. Géographes, spécialistes des fleuves en général et du Rhône en particulier, Jacques Bethemont et Jean-Paul Bravard proposent un état des lieux culturel et scientifique du Rhône. Réunissant leurs connaissances sur ce fleuve étudié dans son entier, ils livrent un bel hommage à la diversité et à l’originalité de cours d’eau.

MARDI 3 MAI 2016 – 18h30
Archipel Librairie
21, place des Terreaux – 69001 Lyon
04 78 69 93 92

Mise en page 1

LYON, VALLÉE DE LA CHIMIE. TRAVERSÉE D’UN PAYSAGE INDUSTRIEL

news-CHIMIE

 

LYON, VALLÉE DE LA CHIMIE. TRAVERSÉE D’UN PAYSAGE INDUSTRIEL

 

À l’occasion de ses rencontres professionnelles, l’Agence d’Urbanisme de l’Aire métropolitaine LYONnaise reçoit Léa Marchand , François Duchêne et David Desaleux.

Lire la suite

Les trois auteurs présenteront leur enquête inédite et originale sur ce territoire emblématique de l’agglomération et échangeront avec des acteurs de la Vallée de la Chimie.

LUNDI 25 AVRIL 2016 – 17H00
Urba Lyon
Tour Part-Dieu – 129, rue Servient – 69003 Lyon
04 81 92 33 00

Invitations-communiquŽs A4.indd

POUR SALUER LE RHÔNE

news-RHONE

 

POUR SALUER LE RHÔNE

 

Jacques Bethemont et Jean-Paul Bravard seront le mardi 3 mai 2016 à partir de 18h30 chez Archipel Librairie pour présenter leur ouvrage.

Lire la suite

Pour saluer le Rhône. Géographes, spécialistes des fleuves en général et du Rhône en particulier, Jacques Bethemont et Jean-Paul Bravard proposent un état des lieux culturel et scientifique du Rhône. Réunissant leurs connaissances sur ce fleuve étudié dans son entier, ils livrent un bel hommage à la diversité et à l’originalité de cours d’eau.

MARDI 3 MAI 2016 – 18h30
Archipel Librairie
21, place des Terreaux – 69001 Lyon
04 78 69 93 92

Mise en page 1

LYON, VALLÉE DE LA CHIMIE. TRAVERSÉE D’UN PAYSAGE INDUSTRIEL

Gabarit-news-CHIMIE

LYON, VALLÉE DE LA CHIMIE. TRAVERSÉE D’UN PAYSAGE INDUSTRIEL

RDV à la libraire Rive Gauche (Lyon 7e) jeudi 18 février 2016 à partir de 19h30 pour rencontrer les auteurs d’une enquête en terre inconnue.

Lire la suite

La Vallée de la chimie. David Desaleux, photographe, François Duchêne, chercheur en géographie sociale à l’ENTPE, et Léa Marchand, experte de l’association Robins des Villes proposent une découverte inédite du territoire de la vallée de la chimie, au sud de Lyon. À travers des analyses historiques (évolutions industrielles, manœuvres économiques, conséquences sur le travail, l’habitat, l’urbanisme…), les regards subjectifs offerts à des habitants rencontrés à Pierre-Bénite, Saint-Fons ou Feyzin, les descriptions des paysages entre usines, tours de cités et bords du Rhône, et enfin les photographies sensibles de Desaleux, les trois auteurs s’approchent de la réalité d’un territoire, à hauteur d’hommes et en retrait des cheminées d’usines.

La libraire Rive Gauche accueille une rencontre suivie d’une signature avec les trois auteurs. L’occasion d’évoquer la méthodologie de l’enquête et pourquoi pas de s’interroger sur les prolongations de ce travail.

JEUDI 18 FÉVRIER 2016 – 19h30
Rive Gauche
, 19, rue de Marseille – 69007 Lyon
04 78 72 72 45 – rivegauche69@wanadoo.fr

SACRÉ BÉTON !

Gabarit-news-BETON

SACRÉ BÉTON !

La librairie d’Archipel CDCU organise le 10 décembre 2015 la soirée de lancement de l’ouvrage collectif « Sacré Béton ! Fabrique et légende d’un matériau du futur ».

Lire la suite

Le béton à l’honneur. Le nouveau beau-livre des éditions Libel consacré à l’architecture est rédigé par une quinzaine de chercheurs de tous horizons, et propose une lecture pluridisciplinaire de l’histoire et du devenir de ce matériau, de son « invention » collective jusqu’aux applications actuelles les plus sophistiquées. Il interroge les implications économiques, politiques, sociales, patrimoniales et environnementales de ce héros de la modernité, aujourd’hui encore objet de recherches et d’investissements. « Sacré Béton ! » est richement illustré – des photographies d’architectures issues de collections internationales.

Rendez-vous à Archipel-CDCU. Le Centre de culture urbaine lyonnais propose une librairie spécialisée sur la ville, située place des Terreaux. On y trouve livres de référence sur l’architecture, beaux-livres, mais aussi romans. De nombreuses rencontres sont organisées.
Le 10 décembre à partir de 18h30 en présence des coordinateurs de l’ouvrage et de plusieurs auteurs : Philippe Genestier, Pierre Gras, Cédric Avenier, Philippe Dufieux et Christian Marcot.

Archipel CDCU, 21 place des Terreaux – 69001 Lyon
http://archipel-cdcu.fr/ 04 78 69 93 92

JOURNAL ANNIVERSAIRE – 10 ANS D’EXPOSITIONS AU GRAND SÉCHOIR

Gabarit-news-NOIX

JOURNAL ANNIVERSAIRE – 10 ANS D’EXPOSITIONS AU GRAND SÉCHOIR

Une journée anniversaire au Musée du Pays de la noix.

Lire la suite

10 années pour valoriser la noix et son territoire. Le Grand Séchoir présente depuis 10 ans dans la commune de Vinay (Isère) l’histoire, le patrimoine et les enjeux liés à la noix, qui est cultivée en abondance sur ce territoire du Dauphiné. À travers une exposition permanente et des expositions temporaires, les hommes qui ont fait vivre ce territoire, le patrimoine immatériel qui entoure la noix ou encore les multiples usages de son bois sont évoqués.

2005/2015 célébré par un Journal et une journée événement. Le 28 novembre, les animateurs du Grand Séchoir invitent les visiteurs à découvrir le Journal anniversaire conçu par les éditions Libel. Au fil des pages, les expositions passées se dévoilent : « Portraits d’ateliers, Alfred Vourey, photographe à Vinay 1900-1936 », « Veines et merveilles, le bois de noyer », « Fragments de cinéma. Reflet d’une collecte de films amateurs », « La noix de Grenoble, reine des desserts et des confiseries »… La journée se poursuit avec le spectacle du cirque Filyfolia, puis la dégustation du gâteau d’anniversaire.

actu_invitation-noix

Le Grand Séchoir – Maison du Pays de la noix, 705 route de Grenoble, 38470 Vinay
www.legrandsechoir.fr – 04 76 36 36 10

 

LA DRÔME ET LA GRANDE GUERRE

Gabarit-news-DROME

LA DRÔME ET LA GRANDE GUERRE

Le Comité départemental d’Histoire de la guerre 1914-1918 présente « La Drôme et la Grande guerre. Un département du Front de l’arrière ».

Lire la suite

La guerre à l’arrière. Le Comité départemental d’Histoire de la guerre de 1914-1918, soutenu par la Mission pour le Centenaire, a organisé les 4 et 5 octobre 2014 un colloque consacré à la vie quotidienne des habitants de la Drôme pendant la Première Guerre mondiale. Soucieux de pérenniser les interventions et les recherches évoquées pendant ces journées, le CDH 14-18 et les Archives départementales de la Drôme ont choisi les éditions Libel pour publier les actes de ce colloque. Richement illustré, l’ouvrage propose de se pencher sur la vie politique, spirituelle, culturelle mais aussi sur l’alimentation et les soins entre 1914 et 1918, ainsi que sur les commémorations après le conflit.
Présentation le 10 novembre 2015 à 18h aux Archives départementales de la Drôme

actu-lancementdrome-

LYON EN COULEURS

Gabarit-news-lYON-COULEURS

LYON EN COULEURS

Une nouvelle exposition temporaire dans le Hall du Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon nous permet de découvrir des photographies inédites de la ville en couleurs. Du 11 juin au 15 novembre 2015.

Lire la suite

Lyon en couleurs. C’est à l’occasion d’un appel à photos dans le cadre de la préparation de l’exposition « Pour vous, Mesdames ! La mode en temps de guerre » que ces images sont arrivées sur les bureaux de l’équipe du Centre de documentation du CHRD. Ces photographies sont rares à plus d’un titre : elles ont en effet été prises pendant l’occupation de la ville de Lyon par les Allemands, entre 1943 et 1945. Le photographe, Paul-Emile Nerson, est alors fabricant en appareils photographiques et dispose de nouvelles pellicules, les Agfacolors, une exception dans la France occupée et soumise aux restrictions.

De plus, si elles nous permettent de renouveler notre vision de la ville de Lyon au 20e siècle, ces images offrent aussi le témoignage d’une relation amoureuse : celle de Nerson et de sa compagne Suzanne, souvent modèle de ses photographies.

Pour vous, Mesdames. Les éditions Libel ont eu la chance de publier quelques-unes de ces photographies dans le catalogue de l’exposition Pour vous, Mesdames ! La mode en temps de guerre. Marion Vivier, attachée de conservation au CHRD, nous en parlait alors : « Contactée une première fois par le propriétaire des images, le CHRD a reçu un échantillonnage des clichés par courrier électronique. Leur découverte a fait forte impression, la couleur créant instantanément une proximité avec le sujet ou l’événement, auréolés d’un effet de réél saisissant. Les documentalistes ont ressenti le besoin de vérifier qu’il ne s’agissait pas de clichés colorisés a posteriori, précaution initiale qui atteste du caractère exceptionnel et troublant de la couleur. Or, c’est bien un ensemble d’une centaine de diapositives Agfacolor, accompagnées de tirages et négatifs noir et blanc, albums photographiques et films retraçant près de trente ans d’activité photographique amateur, qui a été confié au musée pour étude par leur propriétaire, petit-fils de la compagne du photographe« .
Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon
14, avenue Berthelot • 69007 LYON
www.chrd.lyon.fr

LYON, CITÉ RADIEUSE

Gabarit-news-RADIEUSE4

LYON, CITÉ RADIEUSE

Deux occasions de rencontrer à Lyon l’architecte et urbaniste Jacques Rey.


Lire la suite

À la BM : Le quartier de la Part-Dieu accueille entre mars et avril 2015 le Forum urbain Lyon city design : l’occasion de s’interroger sur la manière dont le design urbain peut apporter sa contributions aux mutations de la ville future ! Dans ce cadre, la Bibliothèque municipale organise avec Archipel CDCU une rencontre entre Jacques Rey et Régis Zeller. Ils s’interrogeront sur la manière dont la ville et son aménagement sont le reflet de notre société.
Mercredi 25 mars de 17h à 18h30 à la Bibliothèque de la Part-Dieu

À la MAPRA : La Maison Arts Plastiques Rhône-Alpes consacre un après-midi à Jacques Rey : présentation de son parcours, de ses réalisations et de ses amis artistes. Jacques Rey dédicacera également « Lyon, cité radieuse ».
Samedi 4 avril à partir de 15h à la MAPRA – 9, rue Paul Chenavard

 

LA SAÔNE AU CŒUR DE LYON. DEUX MILLE ANS D’HISTOIRE QUI ONT FAIT LA VILLE

Gabarit-news-SAONE2

LA SAÔNE AU CŒUR DE LYON. DEUX MILLE ANS D’HISTOIRE QUI ONT FAIT LA VILLE

Bruno Voisin présente son ouvrage La Saône au cœur de Lyon à la librairie Archipel à Lyon.


Lire la suite

Bruno Voisin a présenté son ouvrage La Saône au cœur de Lyon. Deux mille ans d’histoire qui ont fait la ville à la librairie Archipel à Lyon (mardi 21 avril 2015). Sociologue et urbaniste, Bruno voisin travaille sur les relations entre gestion des villes, aménagements, représentations et pratiques des citadins.
Pour présenter son ouvrage il a souhaité inviter André Micoud, sociologue et philosophe et ancien président de la Maison du fleuve Rhône pour offrir à ses lecteurs une conversation érudite sur la Saône et son rôle dans le développement de la cité.

BV-ARCHIPEL

LA SAÔNE AU CŒUR DE LYON. DEUX MILLE ANS D’HISTOIRE QUI ONT FAIT LA VILLE

Gabarit-news-SAONE

LA SAÔNE AU CŒUR DE LYON. DEUX MILLE ANS D’HISTOIRE QUI ONT FAIT LA VILLE

Lyon, c’est la ville aux deux cours d’eau. Si le Rhône est mieux connu, lieu de détente et de passage tant sur l’eau que sur ses rives, la Saône semble aujourd’hui éloignée de la vie quotidienne des Lyonnais. Elle a pourtant longtemps été le cœur de la ville.

Lire la suite

Un éclairage original sur la ville de Lyon. La Saône, véritable bassin semblable au Grand Canal de Venise, a longtemps été l’artère principale de la cité. Bordée d’églises, de palais et de monastères, elle est aussi un centre marchand et accueille ports et marchés. Familière à chacun, la Saône voit se dérouler dès le Moyen-Âge vogues et de processions, en particulier lors des grandes entrées royales, des joutes et des combats. Si le bassin de Saône est aujourd’hui méconnaissable, ses rives ont vu se développer la ville de Lyon pendant plus de deux mille ans.

Un trésor oublié. La Saône au cœur de Lyon nous fait revivre cette histoire bimillénaire, à travers de nombreuses illustrations issues des fonds des Musées Gadagne ou des Archives municipales de Lyon. Au fil des pages se dessinent l’installation progressive de la ville autour du cours d’eau, jalonnée d’évènements qui ont marqué les Lyonnais.

Aujourd’hui, le projet « Rives de Saône » vient questionner le futur de la cité : Lyon va-t-elle vraiment renouer avec sa rivière et la Saône redevenir un lieu de la vie quotidienne des Lyonnais ?

CARNET GLACÉ. JOURNAL D’UNE MISSION SCIENTIFIQUE EN HAUTE MONTAGNE

Gabarit-news-CARNET-GLACE

CARNET GLACÉ. JOURNAL D’UNE MISSION SCIENTIFIQUE EN HAUTE MONTAGNE

Un beau livre de découverte sur la science et sur la vie en communauté dans des situations extrêmes, pour toute la famille !

Lire la suite

« Carnet glacé« , c’est le projet de trois jeunes femmes, l’une scientifique, la deuxième dessinatrice, la dernière graphiste. Elles vous présentent aujourd’hui leur premier livre : le carnet de bord d’une mission scientifique passée par Marion Bisiaux sur un glacier à 3000 mètres d’altitude, pour creuser la glace et étudier des carottes de glace, témoins de l’évolution du climat sur des centaines d’années.

Présentation du livre à La Casemate. « Carnet glacé » a fait l’objet en mai 2014 d’un financement participatif sur le site KissKissBankBank. Nos 130 KissBankers (merci à eux !) nous ont permis de recueillir une somme permettant de finaliser la production de l’ouvrage.

La plateforme d’information, d’échanges et de ressources sur les pratiques et les actions de médiation des sciences et des innovations Echosciences Grenoble nous a également soutenu et nous soutient encore en accueillant l’événement de présentation du livre « Carnet glacé » dans les locaux de La Casemate.

La Casemate
Lancement du livre mercredi 10 décembre à partir de 18h
2, place Saint-Laurent • 38000 GRENOBLE
http://lacasemate.fr/

INÉDITS DES ÉDITIONS LIBEL

Gabarit-news-INEDITS

INÉDITS DES ÉDITIONS LIBEL

Un aperçu de quelques ouvrages édités ces dernières années aux éditions Libel mais non diffusés par nos soins…

Lire la suite

« Ce matin et demain. Panorama des métiers de la propreté ». Un ouvrage conçu pour la Direction de la Propreté, service du Grand Lyon. Le photographe Ernesto Timor et les journalistes Sandrine Boucher et Philippe Vouillon sont partis en reportage, à la rencontre des hommes et des femmes qui travaillent quotidiennement au traitement des déchets dans le Grand Lyon.
« Travailleurs de l’invisible alors qu’ils exercent dans l’espace public, vêtus de couleurs vives, c’est lorsque les agents de la propreté sont absents, lorsqu’ils viennent à manquer, qu’ils deviennent visibles. »
Fanny Lanz a assuré la mise en page et le graphisme de ce beau livre, offert aux agents des services de la Propreté par le Grand Lyon.

« De la figure au paysage, un art poétique. Nicolas Dieterlé, dessins et peintures« . Nicolas Dieterlé est un poète et un artiste né en 1963 et mort en 2000. Les éditions Libel ont été sollicitées par les parents de l’artiste pour publier un catalogue raisonné de ses œuvres. L’historien de l’art Pierre Encrevé propose une introduction à cette édition scientifique de 336 pages, recoupant les œuvres de Dieterlé en 4 catégories : Visages, Personnages, Bestiaire et Paysage.
« Ce que Nicolas Dieterlé nomme la folie, « folie du paysage », est synonyme de liberté… C’est cette liberté à l’œuvre dans le dessin ou la peinture, qui fait oser peindre un arbre bleu, ou représenter un personnage en marche ou en apesanteur dans les airs. » (Gaetano Persechini, texte de 4e de couverture)
Le livre est disponible sur commande via l’association des Amis de Nicolas Dieterlé La Pierre et l’oiseau : ici.

Les trésors des familles de l’Ain. « Les grandes familles de la Dombes. Le chartrier des Romans-Ferrari, XVe-XIXe siècle ». Les Archives départementales de l’Ain sont engagées dans une démarche de valorisation des fonds privés, notamment d’archives familiales. Ces documents recèlent des clés pour la compréhension des événements historiques et pour la mise en valeur des liens entre l’histoire des individus, celle des territoires, et l’histoire générale.
« En raison de l’étendue des domaines et des multiples activités liées à leur gestion, Guillaume César de Romans-Ferrari sollicita à plusieurs reprises le concours du géomètre George, maire de Meillonnas. De cette collaboration professionnelle, qui s’est transformée au fil des années en de véritables relations amicales, il reste aujourd’hui plusieurs liasses d’archives… »
Le livre est disponible à la vente auprès des Archives départementales de l’Ain !

« La route, le Bugey, le monde ». Cet ouvrage a été conçu pour la Conservation départementale des musées de l’Ain, à l’occasion d’une exposition pour le musée du Bugey-Valromey à Lochieu. Cartes, tableaux et reproductions des objets archéologiques et artistiques des collections illustrent ce beau livre au format original : 23x16cm.
« Le Bugey à l’écart des routes serait le Bugey à l’écart du temps. Pourtant, dans le Bugey, le passé et le présent s’inscrivent aussi dans les circulations, les échanges et les déplacements. Depuis des millénaires, les communications ont permis aux hommes d’échanger et de changer continuellement.« 
Le livre est notamment disponible sur le site de vente de la Fédération des écomusées et des musées de société.

« Recueil des Commémorations nationales 2014« . Les Archives de France éditent chaque année un recueil destiné à faire connaître les personnes et les événements qui seront célébrés dans les mois qui suivent au titre des commémorations nationales. L’année 2014 a été en particulier placée sous le signe du début des commémorations de la Grande guerre, qui donne son iconographie à la couverture du Recueil édité par les éditions Libel.
Feuilleter le livre : ici. Découvrir les chroniques de ces commémorations : en ligne.

Rousseau. L’Association des Professeurs de Lettres a consacré un numéro hors-série de sa Revue à Jean-Jacques Rousseau. Les éditions Libel ont mis en page et édité ce numéro composé de divers articles sur l’œuvre de Rousseau ou certains de ses écrits et d’un cahier d’images de représentations des textes de l’auteur ou de portraits.
« Il est coutumier, et éminemment pertinent bien sûr, d’inscrire la pensée de Rousseau dans une dialectique qui l’oppose à Voltaire. Il n’est pas sûr pourtant que la fameuse controverse suffise à rendre compte de ce que représente l’œuvre du Genevois à l’échelle des siècles et c’est quand on le confronte à Saint Augustin, son antique prédecesseur, qu’il prend son envergure historique. Qu’on se souvienne en effet du célèbre épisode du vol des poires, raconté par l’évêque d’Hippone dans ses propres Confessions. » (Préface de Romain Vincent, Président de l’APL)

« Le Champ. Passé ancien et récent du Champ-près-Froges« . Passionné de l’histoire de son village, l’ancien professeur de l’Université Joseph Fourier de Grenoble Jean Bouvet lui consacre une monographie dans ce livre érudit, illustré de photographies et de documents d’archives.
« Au centre géographique du village et à 450 mètres d’altitude, l’église et le presbytère constituent le berceau d’une partie de l’histoire anienne de la vie paroissiale qui les animait. Cette église a subi au cours des siècles les assauts du temps »
Jean Bouvet est l’auteur aux éditions Libel de « Un siècle d’écologie à l’Université de Grenoble« .

TRAITS RÉSISTANTS. LA RÉSISTANCE DANS LA BANDE DESSINÉE DE 1944 À NOS JOURS

Gabarit-news-TR2

TRAITS RÉSISTANTS. LA RÉSISTANCE DANS LA BANDE DESSINÉE DE 1944 À NOS JOURS

Victime de son succès l’ouvrage Traits résistants s’offre une nouvelle édition revue et augmentée.

Lire la suite

Avec l’appui du Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon, du Musée de la Résistance nationale de Champigny-sur-Marne et des auteurs du livre, les éditions libel sont heureuses d’annoncer la réédition de l’ouvrage référence « Traits résistants. La Résistance dans la bande dessinée de 1944 à nos jours » !

Un sujet inédit. L’ouvrage « Traits résistants » a accompagné de mars à septembre 2011 une exposition au CHRD de Lyon consacrée à la Résistance dans la bande dessinée. L’exposition comme son catalogue proposaient alors un regard original et complètement inédit sur l’image de la Résistance à travers le temps et les évolutions de son historiographie, et l’influence de ses représentations sur les consciences et dans l’imaginaire collectif.

Présentant des planches originales comme le chef d’œuvre La bête est morte d’Edmond-François Calvo de 1944 ou l’œuvre de référence La Résistance du Sanglier de Stéphane Levallois paru en 2008, des articles de spécialistes de la bande dessinée, et alors que les auteurs et dessinateurs de bande dessinée se penchent toujours plus sur l’histoire contemporaine et l’histoire des conflits, l’ouvrage « Traits résistants. La Résistance dans la bande dessinée » est un livre de fonds, une référence sur le sujet.

La réédition d’un ouvrage de fonds. Cette nouvelle édition d’un ouvrage référence proposera d’abord une couverture souple et non plus rigide, évoquant le format des illustrés de l’époque, comme des comics d’aujourd’hui. Quelques pages supplémentaires (192 pages en tout) permettront la présentation de dessins dans un format agrandi, voire d’images inédites.

UN ARTISTE EN ITALIE. VOYAGES DE LUCIEN MAINSSIEUX, 1910-1926

Gabarit-news-MAINSSIEUX

UN ARTISTE EN ITALIE. VOYAGES DE LUCIEN MAINSSIEUX, 1910-1926

Une exposition au Musée Mainssieux de Voiron revient sur la période italienne du peintre dauphinois.

Lire la suite

Une nouvelle facette de l’artiste. Lucien Mainssieux est surtout reconnu pour ses peintures orientalistes, pourtant son oeuvre est multiple à l’image du personnage partagé entre peinture, écriture et musique. En s’attachant aux débuts de sa carrière marqués par ses voyages en Italie, l’exposition « Un artiste en Italie. Voyages de Lucien Mainssieux, 1910-1926 » révèle une autre facette de cet artiste. Ses carnets de croquis laissent deviner l’empreinte de cette Italie dont son oeuvre gardera à jamais la mémoire.

« 4 juin. Le soir, Girandola ; beauté de ces couleurs sur le ciel de Rome ; dans le bas dans des lueurs rouges ou orange mourant se devinaient les ombrages du Pincio ainsi entourés de cette atmosphère magique qui leur convient ; comme un vaste incendie, et à Rome rien n’est ordinaire. »

La révélation italienne. Dès 1910, le jeune Lucien Mainssieux cède à la tradition du Grand voyage en Italie et se rend à Rome, musée à ciel ouvert. Fasciné par l’architecture antique et les paysages, il parcourt le pays. Entre voyage d’étude et tourisme, ces voyages signent une étape importante dans son cheminement artistique. L’exposition du musée Mainssieux présente une centaine de ses dessins et peintures ramenés de ses séjours italiens. Ces tableaux révèlent une Italie classique, mais lumineuse.

À ces oeuvres, parfois inédites, s’ajoutent les nombreux écrits de l’artiste. Dans la tradition du peintre voyageur, il a, jour après jour, consigné ses impressions et notes personnelles. La présentation de ces textes permet de s’approcher au plus près du peintre révélant ses aspirations d’écrivain.

Musée Mainssieux
Exposition de mars à décembre 2014
7, place Léon Chaloin – BP 268 • 38057 VOIRON Cedex
www.voiron.fr/Isere-Tourisme

POUR VOUS, MESDAMES ! LA MODE EN TEMPS DE GUERRE

Gabarit-news-POUR-VOUS

POUR VOUS, MESDAMES ! LA MODE EN TEMPS DE GUERRE

Immersion dans le vestiaire des femmes durant l’Occupation avec l’exposition Pour vous, Mesdames ! au CHRD de Lyon.

Lire la suite

Une nouvelle facette de la vie à Lyon pendant la guerre. Dans une ville devenue « capitale de la mode » après le repli des maisons de couture parisiennes, les femmes lyonnaises déploient énergie et ingéniosité pour continuer à se vêtir avec élégance malgré les restrictions et les difficultés de la vie quotidienne.
Le public est invité à découvrir l’univers des ateliers et des entreprises, signes de l’importance économique de la mode, celui des podiums qui voient défiler les collections des grands couturiers, ou encore les kiosques à journaux, reflet de la richesse de la presse féminine de l’époque. Les trouvailles des femmes pour confectionner leurs tenues et la coquetterie, qui s’érige presque en un signe de résistance, sont mises en valeur.
L’exposition démontre que le vêtement peut être un médium passionnant pour comprendre les stratégies mises en place par une société soumise à la pression des évènements, et dessine en filigrane l’image sociale de la femme et son évolution pendant la période.

Des pièces inédites. Le cinéma et la télévision nous propose des représentations rigoureuses de l’habillement pendant la Seconde Guerre mondiale. Les tenues de Romy Schneider dans Le vieux fusil ou encore d’Isabelle Adjani dans Bon voyage seront exposées grâce à un prêt exceptionnel de la Cinémathèque française. Une dizaine de costumes de la série diffusée sur France Télévisions Un village français complèteront ce panorama.

Suite à un appel à photo paru dans la presse lyonnaise et sur les réseaux sociaux ces derniers mois, le CHRD expose également des images, photos de famille, qui offrent un regard privilégié sur les Lyonnaises pendant cette période si particulière.

Exposition du 28 novembre 2013 au 14 avril 2014
Centre d’histoire de la résistance et de la déportation de Lyon
14, avenue Berthelot • 69007 LYON
www.chrd.lyon.fr

EN ATTENDANT LA PROCHAINE ÈRE GLACIAIRE. PETITES CHRONIQUES DE SAVOIE

Gabarit-news-CHRONIQUES

EN ATTENDANT LA PROCHAINE ÈRE GLACIAIRE. PETITES CHRONIQUES DE SAVOIE 

Balade dans les Alpes avec l’auteur Maxence Fermine et le photographe Pierre Witt.

Lire la suite

Depuis bientôt 3 ans, la revue Alpes Magazine laisse carte blanche à un écrivain et un photographe pour une série de balades dans les terres des Alpes, d’où sont nées des « chroniques » à deux voix, truculentes et inédites.

Deux auteurs pour des promenades originales dans les Alpes. Maxence Fermine, auteur du roman culte Neige et Pierre Witt, photographe des Alpes et de la montagne depuis plus de 30 ans, sont deux auteurs « en liberté ». Dans leurs chroniques entre Beaufort-sur-Doiron et Val d’Isère, Bonneval-sur-Arc, Chamonix, Menthon-Saint-Bernard ou encore Avoriaz, ils posent un regard croisé sur les territoires qu’ils arpentent, se saisissant du réel pour proposer de courtes nouvelles illustrées.
Publié par les éditions Libel à la rentrée 2013, ce bel ouvrage cartonné vous fera partager les échappées belles des auteurs et vous permettra de (re)découvrir leurs regards passionnés, curieux et amusés, sur les Alpes.

Un livre inédit. Le titre En attendant la prochaine ère glaciaire. Petites chroniques des Savoie(s) est tiré d’une des nouvelles proposée par Maxence Fermine et nous interroge sur la diversité et l’unicité de la région alpine révélée par les photographies de Pierre Witt. L’ouvrage proposera une chronique inédite, encore jamais publiée, ainsi qu’une sélection élargie d’images, qui viendront s’épanouir dans un bel objet intimiste, sensible et ambitieux – dans tous les cas réalisé avec passion !

La souscription sur le site KissKissBankBank. Pour financer l’impression et la diffusion d’un ouvrage rassemblant ces « Chroniques des Savoie », deuxième collaboration de Pierre Witt avec les éditions Libel, nous avons de nouveau fait appel au financement participatif via le site www.kisskissbankbank.com. Le site KissKissBankBank permet à des porteurs de projet en recherche de financement de rencontrer des personnes intéressées, interpellées, curieuses des actions exposées, et prêtes à participer à leur mise en œuvre par une souscription, en échange de contreparties. C’est la quatrième fois que les éditions Libel font appel au financement participatif pour la publication d’un ouvrage (« État des lieux, les lieux de l’État« , « Vox PopuLY. Radiographie du vote lyonnais à la Présidentielle de 2012 » et « Mon lieu secret » ont bénéficié de très bon retour de la presse). Vous avez été une soixantaine à soutenir le projet sur la plateforme de crowdfunding KissKissBankBank, un grand merci !

Après une présence sur le Salon du Livre d’Hermillon et au Grand Bivouac, les deux auteurs dédicaceront leur livre à la Libraire Decitre de Chambéry samedi 16 novembre 2013 à partir de 18h et le samedi 14 décembre 2013 à la Librairie des Bauges d’Albertville.

www.kisskissbankbank.com/en-attendant-la-prochaine-ere-glaciaire

MON LIEU SECRET ET LYON, VILLE INTERNATIONALE

Gabarit-news-LYON-SECRET

MON LIEU SECRET ET LYON, VILLE INTERNATIONALE

Rencontre autour de Lyon à la librairie Rive Gauche avec trois auteurs : le politiste Renaud Payre, l’écrivain Gilbert Vaudey et le photographe Ernesto Timor.

Lire la suite

La librairie lyonnaise Rive gauche organise le jeudi 17 octobre une soirée d’échanges autour de la ville de Lyon. Les auteurs des éditions Libel qui ont porté un regard scientifique ou artistique sur le territoire de l’agglomération présenteront et signeront les ouvrages « Lyon, ville internationale. La métropole lyonnaise à l’assaut de la scène internationale. 1914-2013 » et « Mon lieu secret. Des Lyonnais dans l’œil d’Ernesto Timor« .

Lyon, ville internationale. Entouré d’universitaires lyonnais, Renaud Payre, enseignant à Sciences Po Lyon, se penche dans un ouvrage richement illustré sur les actions politiques et économiques, urbanistiques, scientifiques et culturelles qui ont fait de Lyon au 20e siècle une ville internationale. Retour sur une histoire internationale riche de sens… et d’actualité.

Mon lieu secret. Que disent de nous les lieux que nous aimons ? À cette question, le photographe Ernesto Timor choisit de répondre par une galerie de portraits. Les fragments visibles de la ville présents dans chaque image composent au fil des pages le portrait intime de Lyon vue par ses habitants.

En écho aux pérégrinations lyonnaises de Renaud Payre et d’Ernesto Timor, décrouvrez aussi à cette occasion le carnet d’exploration et de promenade « Le nom de Lyon » en présence de l’auteur Gilbert Vaudey.

Librairie Rive gauche
Jeudi 17 octobre, 19h30
19, rue de Marseille • 69007 LYON
http://rivegauchelibrairiepapeterie.hautetfort.com/
rivegauche69@wanadoo.fr

MON LIEU SECRET. DES LYONNAIS DANS L’ŒIL D’ERNESTO TIMOR

Gabarit-news-LIEU-SECRET

MON LIEU SECRET. DES LYONNAIS DANS L’ŒIL D’ERNESTO TIMOR 

Des Lyonnais ouvrent leur jardin secret au photographe Ernesto Timor. Des portraits à la fois originaux et intimes pour découvrir la ville autrement.

Lire la suite

Depuis deux ans, le photographe Ernesto Timor va à la rencontre des Lyonnais(es) dans leur « lieu secret ». Les éditions Libel vont publier prochainement un livre qui rassemblera le meilleur de cette série de portraits.

Le projet photographique d’Ernesto Timor. On connaît la métropole lyonnaise à travers les images de ses sites classés, de ses lieux touristiques et patrimoniaux chargés d’une histoire commune. Mais derrière la basilique de Fourvière et au delà du Gros Caillou de la Croix-Rousse se cachent d’autres trésors non moins remplis d’histoires singulières. Ce sont ces lieux secrets qu’Ernesto Timor immortalise depuis deux ans lors de rendez-vous géographiques donnés par des inconnus de tous horizons. Lyonnais de toujours ou fraîchement installés se sont ainsi livrés au photographe et ont partagé leur coin de Lyon et de ses banlieues, parfois insolites, représentant à leurs yeux le meilleur écho à leur identité, à leur histoire.

Un livre original. La publication d’un livre photographique semble être la forme idéale pour découvrir la diversité des portraits d’Ernesto Timor, créant un lien de familiarité avec les lecteurs. Le projet éditorial combine l’exigence d’un ouvrage artistique de grand format et de belle tenue, et l’envie de coller à la nature de work in progress du travail du photographe : plutôt qu’une somme définitive, il est conçu comme une visite de chantier.

L’ouvrage est enrichi d’une préface inédite de l’écrivain Dominique Sampiero et d’un entretien avec Ernesto Timor issu d’une rencontre avec le photographe Frédéric Bellay.

Pour financer l’impression et la diffusion de cet ouvrage, nous faisons de nouveau appel au financement participatif via le site www.kisskissbankbank.com. Vous avez été 113 à soutenir le projet sur la plateforme KissKissBankBank.com, merci !

Des évènements sont prévus autour des photographies d’Ernesto Timor :
– installation en plein air au Parc de la Tête d’Or du 5 au 7 juillet dans le cadre du forum Dialogues en Humanité
– retrouvez du 12 au 30 novembre la série de photographies d’Ernesto Timor à la Passerelle, salle d’exposition de la MJC Monplaisir, enrichie de portraits des « lieux secrets » d’habitants du 8ème arrondissement de Lyon. Vernissage le 14 novembre 2013 à partir de 19h. Nuit Résonances dans le cadre de la Biennale d’art contemporain de Lyon le 28 novembre 2013 jusqu’à 22h.

www.kisskissbankbank.com/mon-lieu-secret
http://www.ernestotimor.com

LYON, VILLE INTERNATIONALE

Gabarit-news-LVI

LYON, VILLE INTERNATIONALE

De 1914 aux années 2000 : l’épopée d’une agglomération pour exister à l’international. Du 15 mai au 31 octobre 2013.

Lire la suite

Dans le contexte des villes-monde et de l’universalisation des échanges, les partenariats internationaux s’intensifient. Certaines villes « comptent » et agissent ensemble à l’échelle du monde. Qu’en est-il de Lyon ? « LYON L’INTERNATIONALE ! », nouvelle exposition des Archives municipales de Lyon, offre un regard complet sur l’histoire du rayonnement de la métropole au cours du dernier siècle. Elle s’inscrit dans un ensemble d’expositions et d’évènements culturels associant la Bibliothèque municipale de Lyon, les Musées Gadagne et le Musée Urbain Tony Garnier.

Visibilité et attractivité de Lyon au XXe siècle. Les archivistes et spécialistes de la période contemporaine, sous la responsabilité scientitifique de Renaud Payre, professeur de science politique à l’IEP de Lyon et directeur de publication de l’ouvrage « Lyon, ville internationale », proposent aux visiteurs un panorama des actions et stratégies qui ouvrent Lyon au monde au fil du XXe siècle. « Rayonner », grâce aux savoir-faire locaux et aux activités scientifiques ou culturelles, « échanger » par des relations économiques et commerciales avec l’étranger mais aussi grâce aux Foires ouvertes à l’international, « s’engager » et « s’entraider », du catholicisme social aux associations humanitaires créées à Lyon, sont autant des thématiques qui caractérisent les chemins de l’internationalisation de Lyon. Une enquête en fin de parcours présente la perception de la ville par les étrangers.

Compétences et populations au service d’une métropole internationale. À travers la politique, l’économie, l’enseignement supérieur, l’innovation scientifique et technologique, la mise en valeur du patrimoine et l’engagement humanitaire, comment le territoire lyonnais et rhodanien, fort de ses acteurs et de ses populations d’origine diverses, devient-il à l’aube du XXIe siècle une métropole internationale ?

Les éditions Libel s’associent à l’exposition par la publication d’un livre richement illustré, « Lyon, ville internationale« , bénéficiant des contributions d’historiens, de géographes et de chercheurs en science politique, autour de thématiques aussi diverses que le rôle des Universités et de la recherche, l’expansion économique de la ville ou le sport comme vecteur d’internationalisation.

Jeudi 26 octobre – 18h30 : Retrouvez Renaud Payre pour une table-ronde en présence du politologue Philippe Dujardin et animée par Florent Deligia, journaliste à Lyon Capitale, autour de la question « Lyon est-elle une ville internationale ? ».

Archives municipales de Lyon
1, place des Archives • 69002 LYON
www.archives-lyon.fr

GRAFFITI DE RÉSISTANTS

Gabarit-news-GRAFFITI

GRAFFITI DE RÉSISTANTS

 

Les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis exposent les graffitis des murs du fort de Romainville, revenant ainsi sur l’histoire d’un des lieux de la répression allemande en France.

Lire la suite

Résistants (1940-1944) : une exposition événement. Le fort de Romainville, enceinte du XIXe siècle située sur la commune des Lilas, est transformé en camp d’internement allemand durant la Seconde Guerre mondiale. Il est un lieu de passage pour plus de 7000 résistants avant la déportation pour la plupart, avant l’exécution pour 200 d’entre eux. Il reste des traces infimes du passage de ces hommes et femmes, des mots tracés au crayon qui nous permettent de reconstituer, par bribes, l’histoire des lieux et celle des hommes.

Au service de la conservation du patrimoine de la Seconde Guerre mondiale. L’exposition des Archives départementales, du 10 avril au 5 juillet 2013, a présenté des photographies du fort de Romainville, resté presqu’en l’état mais difficilement accessible au public, et des inscriptions et dessins de la casemate n°17. Eclairés par l’analyse historique, les graffiti retrouvent un sens. La campagne photographique menée par le Département de la Seine-Saint-Denis permet de conserver la trace de ces graffiti pour l’heure encore visibles, et de les faire découvrir au public, rendant sensible le passage des résistants en ces lieux.

Découvrez aujourd’hui l’exposition virtuelle qui retrace cette histoire.

Archives départementales de la Seine-Saint-Denis
18, avenue du Président Salvador-Allende • 93000 BOBIGNY
http://archives.seine-saint-denis.fr/

LES DESSOUS DE L’ISÈRE

Gabarit-news-DESSOUS

LES DESSOUS DE L’ISÈRE

Découvrez l’histoire de la lingerie féminine à travers l’épopée industriel d’un département.

Lire la suite

Longtemps fleurons de l’industrie iséroise, les activités de lingerie, bonneterie et corseterie n’ont encore été que peu étudiées. À partir du 22 mars 2013, le Musée dauphinois, musée de société du département de l’Isère, revient sur cette épopée de la lingerie avec l’exposition « Les Dessous de l’Isère. Une histoire de la lingerie féminine ». Exposition prolongée jusqu’au 21 septembre 2014.

Histoire de la mode et histoire des femmes. À l’heure industrielle, la fabrication des dessous féminins, ancrée dans la vie quotidienne des jeunes filles avec la fabrication des trousseaux, nécessite l’emploi d’une nombreuse main-d’oeuvre féminine locale. Longtemps porteuses du savoir coudre de marques aux noms évocateurs – Lou, Valisère, Lora ou Alto-Playtex, elles suivent l’évolution des modes et des technologies, jusqu’à subir les conséquences de la mondialisation du marché des dessous. Mais plus qu’une histoire sociale, des corsets au « Wonderbra » en passant par les panties et les premiers soutiens-gorge, c’est un pan de l’histoire de la féminité qu’écrivent les employées des grandes entreprises installées à Grenoble ou Bourgoin-Jallieu.

Un thème inédit. Le secteur de la lingerie, aujourd’hui disparu des terres dauphinoises, a laissé des traces dans les mémoires. Partis à la recherche des acteurs – et surtout des actrices – de cette histoire encore récente, historiens et ethnologues proposent au fil d’une exposition inédite les témoignages de celles qui ont fabriqué des pièces de lingerie portées par des millions de femmes. Confrontés aux photographies et films publicitaires de l’époque prêtés par les partenaires de l’exposition, ou aux plus récentes « Culottes d’Hippolyte », ces morceaux de mémoire retrouvée, comme les morceaux d’étoffe, permettent de retracer un siècle d’évolution de la mode et des moeurs, du rapport à l’intime et au corps féminins.

Musée dauphinois
30, rue Maurice Gignoux • 38031 GRENOBLE cedex 1
www.musee-dauphinois.fr

Retrouvez la Playlist officielle de l’exposition sur Deezer !

ÉTAT DES LIEUX, LES LIEUX DE L’ÉTAT

Gabarit-news-EDL

ÉTAT DES LIEUX, LES LIEUX DE L’ÉTAT

 

La réforme de la fonction publique vue par des sociologues et un photographe.

Lire la suite

Le service culturel de l’ENS de Lyon accueille jusqu’au 23 mars 2013 une sélection de photographies de David Desaleux, issues de l’enquête publiée en juin 2012 aux éditions Libel « État des lieux, les lieux de l’État ». Une journée d’études est proposée pour revenir avec les auteurs et l’éditeur sur la production et l’édition de cette enquête et de cet ouvrage.

Le roman-photo d’une fonction publique dans la tourmente. « État des lieux, les lieux de l’État », ouvrage signé par David Desaleux, Emmanuel Martinais et Julien Langumier, propose de traiter par la photographie et la discipline sociologique des effets de la Réforme générale des politiques publiques (RGPP). Le photographe David Desaleux a planté son appareil photo dans les locaux de l’administration de l’Équipement, ancienne DDE, à l’occasion de sa fusion avec les services de l’agriculture et de son déménagement. Il a emmené dans son sillage deux sociologues qui ont recueilli les témoignages des agents.

Confrontées à la parole des fonctionnaires, les images rendent enfin visibles les bouleversements induits par la réforme de l’État et de ses administrations. L’occasion, rare, de découvrir la déstabilisation d’un collectif de travail dédié au service public et de poser la question de sa disparition.

ENS de Lyon / Site Monod
46, allée d’Italie • 69007 LYON
Vernissage le 24 janvier 2013, à partir de 18h, galerie « La Verrière ».
Exposition du 25 janvier au 23 mars 2013.
www.ens-lyon.eu/culture

Journée d’études le 24 janvier de 14h à 17h30 à l’amphithéâtre Schrödinger, en présence de David Desaleux (photographe), Julien Langumier et Emmanuel Martinais (ingénieurs des travaux publics, chercheurs à l’ENTPE), Sylvain Maresca (professeur de sociologie à l’Université de Nantes), Benoît Roux (éditeur).

MALGRÉ-EUX DANS L’ARMÉE ALLEMANDE

Gabarit-news-MALGRE-EUX

MALGRÉ-EUX DANS L’ARMÉE ALLEMANDE

 

Du 23 novembre 2012 au 31 août 2013, les Archives départementales de la Moselle explorent l’histoire peu connue des Malgré-nous mosellans.

Lire la suite

Un épisode douloureux. Dès octobre 1942, la Moselle annexée de fait à l’Allemagne nazie est contrainte à l’incorporation de force de ses jeunes gens dans l’armée allemande. 30 000 Mosellans vont ainsi servir sous l’uniforme allemand, et vivre l’expérience de la guerre du côté du Troisième Reich : endoctrinement et conscription, captivité et résistance, mort, retour au pays, travail et entretien de la mémoire. L’exposition des Archives fait montre d’une volonté de passer du silence à celle de laisser trace, la trace d’une histoire moins connue que celle de sa voisine alsacienne.

Des traces multiples. Les Archives de la Moselle exposent des documents de nature variée qui permettent de dessiner les contours de la vie de ces jeunes gens, hommes et femmes mosellans, à la jeunesse confisquée pendant la Seconde Guerre mondiale. Documents d’archives, photographies et affiches sont confrontés à des objets et des témoignages filmés diffusés en continus, mémoire humaine d’une histoire dont les destins tragiques qui la traversent n’ont pas toujours été compris et révélés.

Archives départementales de la Moselle
1, allée du Château • 57070 SAINT-JULIEN-LÈS-METZ
www.archives57.com

DES CHIFFRES, UN VISAGE

Gabarit-news-DES-CHIFFRES

DES CHIFFRES, UN VISAGE

L’histoire de Guilherme, travailleur sans-papier.

Lire la suite

Nouvel accrochage pour la série « Des chiffres et un visage ». Du 6 au 24 novembre 2012, la Bibliothèque municipale de Lyon 7e Jean-Macé, expose le travail de Bertrand Gaudillère, membre du collectif lyonnais Item.

Récit d’une lutte. « Des chiffres, un visage » interroge la question des expulsions par le biais de l’histoire emblématique de Guilherme Hauka-Azanga travailleur sans-papiers. Ce père de famille, en France depuis 2002, a échappé à quatre tentatives d’expulsion grâce au soutien de centaines d’anonymes, parents d’élèves, instituteurs ou voisins. « Des chiffres et un visage  » relate ce combat. Celui d’un homme qui se bat pour continuer à vivre en France et celui de tous ceux qui s’élèvent contre cette politique du chiffre en matière d’expulsion.

La présentation de ces clichés prend part à un cycle de conférences, ateliers, débats et expositions à la Bibliothèque du 7e Jean-Macé, intitulé « Journaliste aujourd’hui ».

L’exposition a été présentée en 2011 au Festival international du photojournalisme Visa pour l’image de Perpignan.

Bibliothèque du 7e Jean-Macé
2, rue Domer • 69007 Lyon
04 78 96 48 30
Vernissage et visite commentée par Bertrand Gaudillère le mercredi 7 novembre à 17h30 (réservation conseillée)

 

LA ROUTE DU SEL

Gabarit-news-ROUTE-SEL

LA ROUTE DU SEL


Quand le sel traversait la Savoie à l’Université de Savoie.

Lire la suite

Dans le cadre de son programme 2012-2013 Amphis pour tous, l’Université de Savoie et ses chercheurs vous racontent les grandes et petites histoire de la Savoie… En novembre : l’histoire du sel, par l’écrivaine et historienne France Harvois.

Sur les traces du pétrole du Moyen-Âge. Indispensable à la vie quotidienne, le sel n’a pourtant pas toujours été une denrée courante. France Harvois, membre du laboratoire de recherche EDYTEM – pour Environnements, Dynamiques et Territoires de la Montagne – revient sur l’époque où la Maison de Savoie réquisitionne les habitants des terres que parcourt la « route royal du sel », pour la paver, la consolider, l’entretenir. À 2515 mètres d’altitude, la route du sel franchit le col de la Vanoise.

Conférences
à CHAMBÉRY le 6 novembre, 17h30, Amphithéâtre R.Decottignies, 27 rue Marcoz.
à THONON-LES-BAINS le 14 novembre, 17h30, Lycée Hôtelier, 40 boulevard Carnot.
à CRAN-GEVRIER le 15 novembre, 17h30 , CCSTI / La Turbine, Place Chorus.

L’Histoire et l’histoire. France Harvois s’est associée au photographe Pierre Witt pour faire vivre cette « route du sel », le long des chemins du Parc national de la Vanoise. Dans un ouvrage de la collection « Pérégrine » (éditions Libel) intitulé La Route du Sel, les regards de l’écrivaine et du photographe se croisent pour offrir un nouveau parcours, une nouvelle manière de cheminer sur ces sentiers historiques.

Université de Savoie
Service Communication
04 79 75 91 20 – service.communication@univ-savoie.fr
www.univ-savoie.fr

DE L’OISE À LA LUNE. LÉON FENET PHOTOGRAPHIES (1883-1898)

Gabarit-OISE

DE L’OISE À LA LUNE. LÉON FENET PHOTOGRAPHIES (1883-1898)

Portrait d’une personnalité hors du commun  : Léon Fenet, photographe, astronome et ethnologue…

Lire la suite

De septembre 2012 jusqu’au 31 mai 2013, les Archives départementales de l’Oise présentent une sélection des meilleurs clichés du photographe amateur Léon Fenet et notamment de superbes photographies de la lune.

L’amant d’Uranus. Artiste ouvrier à la Manufacture nationale de tapisserie de Beauvais, Léon Fenet est un personnage hors du commun. Il débute en photographie en 1883 pour satisfaire sa passion pour l’astronomie et réalise des clichés exceptionnels de la Lune. Parfait représentant des hommes de sciences et de culture qui ont marqué le XIXe siècle, il construit son œuvre sur le modèle des cabinets de curiosités. Il collectionne les clichés sur ses multiples centres d’intérêt : l’astronomie, l’archéologie, l’architecture. L’ensemble de ses photographies reflète sa curiosité sans cesse renouvelée et son goût pour les savoirs.

Une collection exceptionnelle. Grâce aux fonds des Archives, aux prêts des collectionneurs privés locaux et d’autres institutions culturelles, l’exposition des Archives départementales donne à voir un ensemble photographique exceptionnel. Aujourd’hui, les photographies connues de Léon Fenet ne représentent qu’1/6e de sa production. Pourtant, la qualité technique de ces clichés et le remarquable sens de la composition de leur auteur en font un des ensembles les plus riches du patrimoine photographique régional.

Archives départementales de l’Oise
71, rue de Tilloy – BP 941 • 60024 BEAUVAIS CEDEX
www.archives.oise.fr

BERLIOZ ET L’ITALIE. VOYAGE MUSICAL

Gabarit-news-BERLIOZ-ITALIE

BERLIOZ ET L’ITALIE. VOYAGE MUSICAL

L’influence de l’Italie dans l’œuvre d’Hector Berlioz. Une exposition de juin à décembre 2012.

Lire la suite

Dans le cadre de l’année italienne initiée par le Conseil général de l’Isère pour célébrer le 150ème anniversaire de l’Unità, le Musée Hector Berlioz de La Côte-Saint-André propose une exposition sur le séjour italien du compositeur dauphinois. Ce « Voyage musical » permet de découvrir jusqu’au 31 décembre 2012 les paysages et les musiques qui influencèrent l’œuvre de Berlioz.

L’exil italien. Après avoir remporté le Grand Prix de Rome Hector Berlioz séjourne en 1831 et 1832 à la Villa Médicis, palais de l’Académie de France à Rome. Ce voyage en Italie est vécu par le compositeur comme un insurmontable exil social et artistique. Pourtant, malgré l’aversion qu’il éprouve pour la musique italienne, son âme romantique est séduite par l’Italie pittoresque, au hasard de ses pérégrinations. L’exposition permet la découverte des paysages et des rencontres qui marquèrent durablement son œuvre musicale.

Une exposition à voir et à entendre. Grâce aux fonds du musée et aux prêts de prestigieuses collections – Villa Médicis, musée d’Orsay, musée des Beaux-Arts d’Angers, musée de Grenoble, musée des Beaux-Arts de Lyon, gravures et tableaux révèlent les paysages italiens du XIX ème siècle qui ont influencé le compositeur dauphinois. Des manuscrits (correspondance et carnets de voyages de Berlioz) ainsi qu’une collection d’instruments méditerranéens permettent d’appréhender l’empreinte pittoresque laissée par cet exil italien.

La visite peut se prolonger avec l’écoute d’œuvres choisies dans l’auditorium du musée : Harold en Italie ou Le Carnaval romain … mélodies nées sous le soleil d’Italie !

Musée Hector-Berlioz
69, rue la République – BP 63 • 38261 LA CÔTE-SAINT-ANDRÉ CEDEX
www.musee-hector-berlioz.fr

LA COLONIE DES ENFANTS D’IZIEU (1943-1944)

Gabarit-news-IZIEU

LA COLONIE DES ENFANTS D’IZIEU (1943-1944)

 

Des photographies inédites pour raconter la vie des enfants réfugiés dans la maison d’Izieu.

Lire la suite

Tout mai 2012, la médiathèque Alphonse Daudet de Genay (69) présente les archives photographiques de la Maison d’Izieu avec l’exposition « La colonie des enfants d’Izieu 1943-1944 ». Comme l’ouvrage du même nom, cet accrochage permet de découvrir des photographies prises par ceux qui ont séjourné dans ce lieu.

L’histoire d’un refuge devenu lieu de mémoire. Le 6 avril 1944, la Gestapo de Lyon et l’armée allemande sur ordre de Klaus Barbie raflent les 44 enfants et les 7 adultes juifs présents à la colonie d’Izieu. Au sein de ce refuge temporaire, ils réapprennaient à vivre après plusieurs mois d’internement ou une séparation brutale d’avec leurs familles. Devenue « Musée mémorial des enfants d’Izieu » en 1992, la Maison d’Izieu est aujourd’hui un lieu d’histoire et de mémoire tourné vers le présent. Au-delà de son travail de recherche historique sur la colonie, elle élargit sa réflexion à la notion de crime contre l’humanité ainsi qu’à la mémoire, sa construction et sa transmission

Un corpus d’images inédit. Les recherches menées par la Maison d’Izieu et les liens tissés avec les « anciens » de la colonie ont permis de réunir dans l’ouvrage « La colonie des enfants d’Izieu » 70 vues d’époque, reproduites dans leur format d’origine. Elles racontent le quotidien et les moments de bonheur des enfants recueillis dans ce refuge avant la rafle du 6 avril 1944. Comme dans un album de famille, ces documents intimes instaurent une proximité avec les enfants et les adultes de la colonie et construisent leur souvenir. Ces photographies disent aussi la perte et rendent d’autant plus nécessaire la connaissance du parcours et de l’histoire de ces visages à jamais familiers.

Médiathèque Alphonse Daudet de Genay
Place des Libertés • 69730 Genay
www.mediathequegenay.com

FANTIN-LATOUR INTERPRÈTE BERLIOZ

Gabarit-news-FANTIN

FANTIN-LATOUR INTERPRÈTE BERLIOZ

L’œuvre de Berlioz revisitée à travers celle de Fantin-Latour.

Lire la suite

Jusqu’au 31 décembre 2011, le Musée Hector-Berlioz de La Côte Saint-André (38) propose de redécouvrir l’œuvre d’Hector Berlioz à travers le regard du peintre Fantin-Latour. Cette exposition originale renouvelle les connaissances actuelles sur ces deux artistes majeurs.

Le peintre des musiciens. Connu pour ses natures mortes et ses portraits, Henri Fantin-Latour donne un nouveau tournant à sa carrière lorsqu’il mêle à sa peinture sa passion pour la musique. Son admiration pour les plus grands compositeurs romantiques de son temps : Schumann, Wagner, Brahms et Berlioz le porte vers la conception d’œuvres rappelant cet amour pour la musique et les compositeurs. Considéré comme « le peintre des musiciens » par ses contemporains, il développe un style fluide et vibrant dans l’esprit de la musique.

L’admiration pour Berlioz. Hector Berlioz est, avec Richard Wagner, le compositeur qui inspire le plus Fantin-Latour. Il offre à sa musique un prolongement plastique extrêmement original en cette fin de XIXe siècle. Hommages ou transpositions littérales de certains livrets, les peintures, dessins et lithographies de Fantin-Latour illustrent la relation intime nouée entre les deux modes d’expression.

Richement illustré de plus de quatre-vingts œuvres de Fantin-Latour consacrées à Berlioz, l’ouvrage « Fantin-Latour interprète Berlioz » publié aux éditions Libel permet de découvrir un peintre mélomane.

Musée Hector-Berlioz
69, rue de la République • 38260 La Côte Saint-André
04 74 20 24 88
www.musee-hector-berlioz.fr

DES CHIFFRES, UN VISAGE

Gabarit-news-DESCHIFFRES3

DES CHIFFRES, UN VISAGE


Lancement de l’ouvrage Des chiffres, un visage du photographe Bertrand Gaudillère.

Lire la suite

Mercredi 9 novembre 2011 à partir de 18h30, la librairie Le bal des ardents à Lyon invite le photographe Bertrand Gaudillère du collectif item pour une discussion autour de son ouvrage « Des chiffres, un visage« .

Récit d’une lutte. « Des chiffres, un visage » interroge la question des expulsions par le biais de l’histoire emblématique de Guilherme Hauka-Azanga travailleur sans-papiers. Ce père de famille en France deppuis 2002 a échappé à quatre tentatives d’expulsion grâce au soutien de centaines d’anonymes, parents d’élèves, instituteurs ou voisins. « Des chiffres et un visage  » relate ce combat. Celui d’un homme qui se bat pour continuer à vivre en France et celui de tous ceux qui s’élèvent contre cette politique du chiffre.

Librairie le bal des ardents
17, rue neuve • 69001 Lyon
04 72 98 83 36
www.lebaldesardents.com

DES CHIFFRES, UN VISAGE

Gabarit-news-DES-CHIFFRES2

 

DES CHIFFRES, UN VISAGE

Nouvel accrochage pour la série du photographe Bertrand Gaudillère : Des chiffres, un visage.

Lire la suite

Jusqu’au 23 décembre 2011, la galerie Noir et Blanc expose le travail de Bertrand Gaudillère à Saint-Étienne.

Récit d’une lutte. « Des chiffres, un visage » interroge la question des expulsions par le biais de l’histoire emblématique de Guilherme Hauka-Azanga travailleur sans-papiers. Ce père de famille en France depuis 2002 a échappé à quatre tentatives d’expulsion grâce au soutien de centaines d’anonymes, parents d’élèves, instituteurs ou voisins. « Des chiffres et un visage  » relate ce combat. Celui d’un homme qui se bat pour continuer à vivre en France et celui de tous ceux qui s’élèvent contre cette politique du chiffre.

Galerie Noir et blanc
15, rue Brossard • 42000 Saint-Étienne
04 78 72 18 40
www.collectifnoiretblanc.fr

DES CHIFFRES, UN VISAGE

Gabarit-news-DES-CHIFFRES

DES CHIFFRES, UN VISAGE

Le travail de Bertrand Gaudillère exposé à Visa pour l’image à Perpignan.

Lire la suite

Le festival international de photojournalisme Visa pour l’image à Perpignan présente le travail du photographe lyonnais Bertrand Gaudillère. Sa série « Des chiffres, un visage » relatant le combat d’un travailleur sans papier pour rester en France s’expose sur les murs du Couvent des Minimes jusqu’au 11 septembre 2011.

Récit d’une lutte. « Des chiffres, un visage » interroge la question des expulsions par le biais d’une histoire en particulier, celle de Guilherme Hauka-Azanga travailleur sans-papiers. Ce père de famille en France deppuis 2002 a échappé à quatre tentatives d’expulsion grâce au soutien de centaines d’anonymes, parents d’élèves, instituteurs ou voisins. « Des chiffres et un visage  » relate ce combat. Celui d’un homme qui se bat pour continuer à vivre en France et celui de tous ceux qui s’élèvent contre cette politique du chiffre.

Festival international de photojournalisme
Du 27 août au 11 septembre 2011
www.visapourlimage.com

item l’atelier
3, impasse Fernand Rey • 69001 Lyon
04 78 72 18 40
www.blog.collectifitem.com

TRAITS RÉSISTANTS. LA RÉSISTANCE DANS LA BANDE DESSINÉE DE 1944 À NOS JOURS

Gabarit-news-TR

TRAITS RÉSISTANTS. LA RÉSISTANCE DANS LA BANDE DESSINÉE DE 1944 À NOS JOURS

Du 31 mars au 18 septembre 2011, la bande dessinée s’expose sur les murs du Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation à Lyon.

Lire la suite

60 ans de création artistique. Pour sa dernière exposition avant rénovation, le CHRD propose un regard novateur et original sur l’image de la Résistance dans la bande dessinée. La présentation d’extraits ou de planches originales confrontés aux documents d’archives, aux témoignages et aux objets de cette période insurrectionnelle rendent compte de l’évolution de l’image du résistant depuis la Libération. De La Bête est morte de Calvo à La résistance du sanglier de Stéphane Levallois, 60 ans de création artistique témoignent de la permanence du sujet dans la BD.

Un travail inédit. Média et art infiniment populaire, la bande dessinée s’invite de plus en plus fréquemment dans les musées. Parallèlement, le sujet de la Seconde Guerre mondiale a toujours inspiré auteurs et illustrateurs. Pourtant l’image du résistant n’avait jamais été analysée par le prisme de la bande dessinée. Le Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon et le Musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne comblent ce manque avec l’exposition Traits résistants.

La publication accompagnant cette exposition s’impose comme un véritable ouvrage de référence. Traits résistants propose une histoire en images de la Résistance illustrée par des planches signées des plus grands auteurs de bande dessinée.

Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation
14, avenue Berthelot • 69007 Lyon
04 78 72 23 11
www.chrd.lyon.fr

LYON, CITÉ RADIEUSE

Gabarit-news-RADIEUSE2

LYON, CITÉ RADIEUSE

Jacques Rey à l’URDLA à Villeurbanne.


Lire la suite

Le 21 mai 2011 à 15 heures, Jacques Rey présentera son ouvrage Lyon, cité radieuse dans les locaux de l’URDLA, centre international livres et estampes à Villeurbanne.

L’architecture lyonnaise dans les pas de Le Corbusier. Dès la Libération, une nouvelle génération d’architectes émerge à Lyon. Aux accents classiques de Tony Garnier, ils préfèrent le langage plus radical de Le Corbusier. Le Mouvement moderne prend son envol. Lyon, cité radieuse revient sur ces années « folles » d’expérimentations et de créativité, qui ont ouvert la voie au progrès et à la modernité. Cet ouvrage participe à la réhabilitation de ce courant méconnu qui a pourtant changé radicalement la physionomie de nos villes.

URDLA, centre international livres et estampes
207, rue Francis de Préssensé • 69100 Villeurbanne
04 72 65 33 34
www.urdla.com

LYON, CITÉ RADIEUSE

Gabarit-news-RADIEUSE

LYON, CITÉ RADIEUSE


Les éditions Libel au palmarès du Prix du livre 2010.


Lire la suite

Depuis 1990, le département du Rhône participe à la promotion du livre et de la lecture auprès du public et rend hommage au travail des auteurs et éditeurs rhodaniens par la remise du « prix du livre » et « prix du manuscrit ».

Cette année l’ouvrage Lyon, cité radieuse signé par l’architecte lyonnais Jacques Rey aux éditions Libel a été distingué dans la catégorie Histoire et patrimoine.

Plus d’informations :
www.najat-vallaud-belkacem.com
www.leprogres.fr

SEUILS/MOIS DE LA PHOTO

Gabarit-news-SEUILS2

SEUILS/MOIS DE LA PHOTO

La galerie RX expose Seuils d’Éric Rondepierre.


Lire la suite

Dans le cadre du Mois de la photo « Paris collectionne ». Pour ses 30 ans, le Mois de la Photo s’articule autour de la collection de la Maison Européenne de la Photographie. Après avoir présenté son travail lors d’expositions personnelles au MoMA à New-York ou à la Villa Oppenheim à Berlin, Éric Rondepierre présente sa série inédite Seuils ainsi qu’une photographie de la collection de la MEP pour la première fois à la Galerie RX du 12 novembre 2010 au 15 janvier 2011.

Galerie RX
6, avenue Delcassé – 75008 Paris
www.galerierx.com

Éric Rondepierre – www.ericrondepierre.com

DE GRÉ OU DE FORCE. L’ÉVACUATION DES MOSELLANS (1940-1945)

Gabarit-news-DGODF

DE GRÉ OU DE FORCE. L’ÉVACUATION DES MOSELLANS (1940-1945)

Les Archives départementales de la Moselle racontent, le temps d’une exposition, l’exode de la population civile mosellane durant la Seconde Guerre mondiale.

Lire la suite

Le département de la Moselle présente du 10 novembre 2010 au 31 mai 2011 « De gré ou de force », une exposition consacrée à l’expulsion des Mosellans de 1940 à 1945.

« Raus ! » avec 50kg de bagages et 2 000 francs. Abandonnée aux vainqueurs avec les départements alsaciens dès 1940, la Moselle subit très vite le programme d’annexion de l’occupant. Dès l’été, tous ceux qui n’expriment pas le désir d’être allemands sont expulsés. 100 000 Mosellans quittent alors leur maison dans des conditions dramatiques. Ils ne reviendront que 5 ans plus tard. Photographies, documents d’archives et témoignages racontent ces départs forcés vers les départements méridionaux de la France de Vichy.

Rendre hommage en redonnant la parole… Après le succès de l’exposition « Un exil intérieur » consacrée aux évacuations de la population en 1939, le département continue sa commémoration des migrations mosellanes durant la Seconde Guerre mondiale. Ces vagues d’expulsion ont profondément marquées l’identité mosellane. Aujourd’hui, de nombreux témoins ont disparu, parfois sans raconter ce qu’ils ont vécu. Les derniers survivants de cette aventure ressentent le besoin de transmettre leur histoire.

Rencontre entre la parole des témoins et l’écriture historique, un catalogue aux éditions Libel accompagne l’exposition « De gré ou de force ».

Service départemental d’Archives de la Moselle
Saint-Julien-lès-Metz
03 87 78 05 00
www.archives57.com

ENSEMBLE

Gabarit-news-ENSEMBLE2

ENSEMBLE

Bernard Plossu et Françoise Nunez participent à l’exposition « Nous avons fait un très beau voyage ».


Lire la suite

Du 10 novembre au 15 décembre 2010, Bernard Plossu et sa compagne Françoise Nuñez exposent leurs photographies à l’Espace photographique de l’Hôtel de Sauroy (Paris 3e). Organisée dans le cadre du Mois de la Photo, l’exposition collective Nous avons fait un très beau voyage explore le thème de l’itinérance à travers les œuvres de 4 photographes : Françoise Nuñez, Sophie Zénon, Jacques Borgetto et Bernard Plossu.

Une invitation au voyage… Sans unités de temps ou de lieu, l’exposition est une invitation poétique au dépaysement et à la découverte de l’autre lancée par 4 photographes voyageurs. Jacques Borgetto parcourt et photographie l’Amérique latine depuis des années pour en dresser un portrait à la fois tendre et affûté dénué de tous clichés ou préjugés. Sophie Zénon, elle, a sillonné l’Asie. Ses images « exotiques », toujours pleines de grâce, côtoient ici celles plus familières de sa Normandie natale et de l’Italie de ses origines. Quant à Françoise Nuñez et Bernard Plossu, leur voyage est sentimental. Les lieux ne sont que prétextes, simples décors à leur vraie recherche, celle de l’Autre.

Catalogue d’exposition disponible aux éditions Filigranes.

Espace photographique de l’Hôtel de Sauroy
58, rue Charlot • 75003 Paris
01 42 72 16 76
Plus d’informations sur le site de la Maison Européenne de Photographie
www.mep-fr.org

LYON, CITÉ RADIEUSE

Gabarit-news-RADIEUSE3

LYON, CITÉ RADIEUSE

Archipel – Centre de culture urbaine reçoit Jacques Rey pour la présentation de son livre.


Lire la suite

L’aventure lyonnaise du Mouvement moderne international. Ils s’appellent Gagès, Cottin, Grimal ou Zumbrunnen et ils ont introduit le Mouvement moderne dans l’architecture lyonnaise. La maison de l’architecture Rhône-Alpes leur rend hommage avec l’exposition « Lyon, cité radieuse » du 17 septembre au 7 novembre 2010.

Dans les pas de Le Corbusier… À Lyon comme ailleurs le Mouvement moderne naît de la croissance urbaine, de la révolution industrielle, du passage du rural à l’urbain et de la planification centralisée. Dès la Libération, une génération de jeunes architectes émergent à Lyon. Ils se réclament de l’Esprit nouveau de Le Corbusier et de la Charte d’Athènes, considérant ces nouvelles théories plus aptes à répondre aux questions du moment : la reconstruction et la modernisation de la France d’après-guerre.

À la recherche de la cité idéale. Portés par le désir de concevoir une cité moderne, ils cherchent et inventent une nouvelle façon de fabriquer la ville et le logement comme dans les quartiers de Bron-Parilly ou de la Duchère. L’exposition « Lyon, cité radieuse » comme l’ouvrage qui l’accompagne propose un regard nouveau sur ces grands ensembles, aujourd’hui décriés. Souvent ignorée et parfois chargée de tous les maux de la banlieue, l’école lyonnaise du Mouvement moderne a pourtant façonné la ville ouvrant la voie au progrès et à la modernité.

Archipel • Centre de culture urbaine
21, place des Terreaux • 69001 Lyon
04 78 30 61 04
www.archipel-cdcu.fr

ENSEMBLE

Gabarit-news-ensemble

ENSEMBLE

Les photographies de Bernard Plossu et de sa compagne Françoise Nuñez réunies pour la première fois.


Lire la suite

Un couple… Deux photographes. Bernard Plossu et sa compagne Françoise Nuñez se retrouvent le temps d’une exposition. Du 10 septembre au 9 octobre 2010, leurs photographies, choisies par l’un(e) dans l’œuvre de l’autre, se partagent les cimaises du musée des Moulages de l’Université Lyon 2.

Sur la route… Françoise Nuñez et Bernard Plossu se sont rencontrés il y a 30 ans. Depuis, ces photographes et voyageurs ont souvent pris la route, ensemble ou séparément, à la rencontre de l’homme. Ils ont accepté d’aller fouiller dans les images de l’autre. Voyages d’hier, portraits d’ailleurs, les images sélectionnés parlent d’humanité.

Musée des Moulages
3, rue Rachais • 69003 Lyon
04 72 84 81 12
www.univ-lyon2.fr

SEUILS ÉRIC RONDEPIERRE

Gabarit-news-SEUILS

SEUILS
ÉRIC RONDEPIERRE

Une série inédite du photographe Éric Rondepierre à découvrir à la galerie le Bleu du ciel.

Lire la suite

Seuils, une série inédite du photographe-plasticien Éric Rondepierre, s’expose du 10 mars au 30 avril 2010 à la galerie le Bleu du ciel à Lyon.

Une démarche spécifique. L’artiste utilise des photos prises dans son quotidien et les fait dialoguer avec des scènes extraites du cinéma muet. Photogrammes issus de pellicules cinématographiques associés à des photographies du quotidien, Éric Rondepierre transforme ainsi les images pour leur donner une nouvelle réalité.

La rencontre. La rencontre c’est d’abord celle de deux médiums visuels qui ne font plus qu’un. Mais la rencontre c’est aussi celle du public avec les œuvres, qu’elle soit alors étrange, fascinante ou effrayante, elle ne nous laisse, à coup sûr, pas indifférents.

Éric Rondepierre – www.ericrondepierre.com

La galerie Le Bleu du Ciel
48, rue Burdeau – 69001 Lyon
www.lebleuduciel.net

LYON DES PHOTOGRAPHES

Gabarit-news-LDP2

LYON DES PHOTOGRAPHES

La Galerie Le Bleu du ciel expose Lyon des photographes.

Lire la suite

Face au succès de l’exposition anniversaire « Lyon des photographes » au Musée des Moulages de Lyon, la galerie le Bleu du Ciel prolonge l’exposition du 4 février au 13 mars 2010, en présentant un extrait de celle-ci dans sa galerie.

Une ville. Quatorze auteurs. Ces quatorze photographes lyonnais livrent leurs regards sur la ville au travers de clichés inédits. L’exposition « Lyon des photographes » retrace cinquante ans de photographie, entre 1945 et 1995, au coeur de la ville de Lyon.

Un regard neuf. Au-delà de la bouffée de nostalgie suscitée, cette plongée au cœur du travail de ces quatorze artistes permet aussi de redécouvrir une ville pourtant largement photographiée. Les clichés offrent au public une balade inédite en argentique noir et blanc, à la fois dans les espaces urbains et la ville, mais aussi au travers de l’évolution de la photographie.

La galerie Le Bleu du Ciel
48, rue Burdeau – 69001 Lyon
www.lebleuduciel.net

LYON DES PHOTOGRAPHES

Gabarit-news-LDP

LYON DES PHOTOGRAPHES
Lyon se dévoile en noir et blanc au Musée des Moulages.

Lire la suite

Du 3 au 28 novembre 2009, à l’occasion des 10 ans de la galerie croix-roussienne le Bleu du Ciel, le musée des Moulages propose une exposition de photographies argentiques en noir et blanc dans la ville de Lyon. Dans le cadre du parcours Résonance de la Biennale d’art contemporain.

Une ville. Quatorze auteurs. Ils sont photographes, Lyonnais et ont commencé à travailler avant l1995 et l’avènement du numérique. Pour fêter ses dix ans, la galerie le Bleu du Ciel a convié quatorze artistes à livrer leur vision de la ville. Réalisées entre 1945 et 1995, les cinquante photographies présentées pour l’occasion au musée des Moulages durant ce mois de novembre ressuscitent des souvenirs et brossent le portrait d’une ville qui n’existe plus.

Un regard neuf. Au-delà de la bouffée de nostalgie, cette plongée au cœur du travail des quatorze artistes permet aussi la redécouverte de la ville. Les clichés pour la plupart inédits proposent un regard neuf sur la cité.

Musée des Moulages de l’Université Lyon 2
3, rue Rachais – 69003 Lyon
04 72 84 81 12
http://museedesmoulages.univ-lyon2.fr

COULEUR SÉPIA. L’ISÈRE ET SES PREMIERS PHOTOGRAPHES

news-sepia

COULEUR SÉPIA. L’ISÈRE ET SES PREMIERS PHOTOGRAPHES

Le Musée de l’Ancien Évêché à Grenoble propose de découvrir le travail des premiers photographes isérois et leurs tirages originaux.

Lire la suite

Du 23 octobre 2009 au 22 mars 2010, le Musée de l’Ancien Évêché de Grenoble expose plus de 300 tirages originaux témoignant de l’inventivité et de la créativité de ces acteurs de l’âge d’or de la photographie.

Les débuts de la photographie. Dès son invention, en 1839, la photographie rencontre un succès public considérable débordant très vite du cénacle parisien pour gagner la province et notamment l’Isère. Le procédé se diffuse auprès des amateurs et professionnels curieux des nouvelles techniques. À Grenoble, Vienne ou encore Voiron, se développe sous le Second Empire une floraison d’ateliers photographiques où la bourgeoisie vient se faire tirer le portrait. L’autre spécificité de la photographie iséroise de l’époque réside dans la production de nombreuses vues de paysages réalisées pour les premiers touristes fortunés.

Un hommage aux pionniers de l’image. Tout premier travail d’envergure sur les débuts de la photographie en Isère, l’exposition rend hommage aux artistes que sont Gustave Margain (1826-1907), Victor Muzet (1828- après 1885) ou encore Alfred Michaud (1828-1890). Plus de 300 tirages originaux issus de collections privées témoignent de la richesse de la production de ces pionniers de l’image.

L’âge d’or de la photographie. Pour la première fois, le public découvre des clichés datant des premières décennies d’existence de la photographie, moment où la technique en est encore à ses balbutiements et où les expériences se multiplient. La présentation de cartes de visite, cartes album, mais aussi d’objets historiques (daguerréotype, ambrotypes ou ferrotypes…) rend compte de l’effervescence suscitée par ce nouveau média et offre aux visiteurs une étonnante découverte de l’Isère.

Musée de l’Ancien Évêché
2, rue Très-Cloîtres – 38000 Grenoble
04 76 03 15 25
www.ancien-eveche-isere.fr

INCONNUES CORRÉZIENNES, RÉSONANCES D’ÉCRIVAINS

news-CORREZE

INCONNUES CORRÉZIENNES, RÉSONANCES D’ÉCRIVAINS


Les archives d’un photographe sauvées par les Archives départementales de la Corrèze.

Lire la suite

Les archives départementales de la Corrèze ont sauvé de la destruction la production d’un photographe installé à Tulle jusqu’à la fin des années 70. Aujourd’hui, elles présentent du 20 octobre au 19 décembre 2009 une exposition itinérante réalisée à partir de ce fonds.

Dans le studio Photo-Éclair d’Henri Janicot… Photographe, Henri Janicot a exercé à Tulle de 1933 à 1971. Sa production composée principalement de portraits réalisés en studio était vouée à la destruction. À la suite d’une opération de sauvetage, ce fonds photographique est entré aux Archives départementales de la Corrèze en 1992. Touché par la beauté et le mystère d’une centaine de portraits de femmes anonymes, ce service a souhaité rendre hommage à ces inconnues qui ont, un jour, posées devant l’objectif d’Henri Janicot.

Un hommage à la Femme. Sous les mots de 17 auteurs corréziens, ces femmes revivent. S’emparant d’un sourire, d’une attitude, ils tracent des pistes, inventent des destins à ces belles anonymes tombées dans l’oubli. Mêlant photographies anciennes et textes d’auteurs, Inconnues corréziennes. Résonances d’écrivains rend un bel hommage à la Femme.

Brive-la-Gaillarde – Médiathèque municipale -Du 20 octobre au 8 novembre 2009
Tulle – Hôtel du département Marbot – Du 10 au 30 novembre 2009
Ussel – Médiathèque intercommunale – Du 1er au 19 décembre 2009

Archives départementales de la Corrèze – Le Touron-Tulle
05 55 20 11 91 www.archives.cg19.fr

UN EXIL INTÉRIEUR. L’ÉVACUATION DES MOSELLANS

news-EXIL

UN EXIL INTÉRIEUR. L’ÉVACUATION DES MOSELLANS

Les Archives départementales de la Moselle reviennent, le temps d’une exposition, sur le sort de la population civile mosellane durant la première partie de la Seconde Guerre mondiale.

Lire la suite

Du 12 octobre 2009 au 31 janvier 2010, le conseil général de Moselle et la communauté d’agglomération Sarreguemines Confluences présentent « Un exil intérieur », une exposition consacrée à l’évacuation des Mosellans durant la Seconde Guerre mondiale.

Un département sévèrement éprouvé. Le département de la Moselle a été durement éprouvé durant la Seconde Guerre mondiale. Combats destructeurs au début du conflit, libération tardive en 1945 après une occupation transformée en annexion, incorporation des jeunes gens dans l’armée allemande, germanisation, colonisation et expulsions, la liste est longue. Le prélude de ces 5 ans et demi si sombres est l’évacuation. De septembre 1939 à octobre 1940, les habitants de plus de 300 villages mosellans situés trop près de la ligne Maginot ont dû abandonner leurs foyers. 300 000 personnes ont migré pour se réfugier dans les départements de la Charente, la Vienne, le Pas-de-Calais ou encore la Loire et la Saône-et-Loire.

Une année de commémoration. La première des deux grandes migrations des gens de l’Est a eu lieu il y a maintenant 70 ans. Alors que les témoins directs sont de moins en moins nombreux, le Conseil général de la Moselle a souhaité entretenir et conforter la mémoire de cet événement. Depuis plus d’un an le service des archives recueille documents et témoignages auprès de particuliers. Des recherches ont été menées dans le fonds Moselle ainsi que dans les archives des départements d’accueil.

Pour un épisode méconnu. Aboutissement d’une année de travail, l’exposition « Un exil intérieur » raconte le départ, les conditions de ces voyages ainsi que la vie quotidienne des évacués. L’exposition, son catalogue et les diverses animations proposées permettront au plus grand nombre d’appréhender cet épisode douloureux de l’Histoire, partie intégrante de l’identité et de la culture mosellane et mal connu hors du département et de l’Alsace.

Service départemental d’Archives de la Moselle
Saint-Julien-lès-Metz
03 87 78 05 00
www.archives57.com
Médiathèque de la Communauté d’Agglomération Sarreguemines Confluences
03 87 28 60 80
www.mediatheque-agglo-sarreguemines.fr

LA PART-DIEU. LE SUCCÈS D’UN ÉCHEC

news-PART-DIEU

LA PART-DIEU. LE SUCCÈS D’UN ÉCHEC

Rencontre avec Charles Delfante chez Archipel – Centre de culture urbaine à Lyon.

Lire la suite

La Maison de l’architecture Rhône-Alpes propose une rencontre avec Charles Delfante. Le mardi 23 novembre 2009 à 18h30, l’architecte-urbaniste lyonnais présentera ses deux dernières publications : La Part-Dieu, le succès d’un échec et Souvenirs d’un urbaniste de province (éditions du Linteau) dans les locaux d’Archipel – Centre De Culture Urbaine.

Splendeurs et misères d’un urbaniste. Patron de l’urbanisme lyonnais pendant plus de 20 ans, Charles Delfante est à l’origine du projet d’aménagement du quartier de la Part-Dieu, opération dont il raconte, sans langue de bois, les coulisses dans La part-Dieu. Le succès d’un échec. En charge du plan de nombreuses villes telles que Bagnols-sur-Cèze ou Firminy, il raconte, dans Souvenirs d’un urbaniste de province ses espoirs et ses échecs. Dans ces deux ouvrages, l’urbaniste au verbe truculent témoigne de la difficulté de son métier.

Archipel – Centre de culture urbaine, Maison de l’architecture Rhône-Alpes
21, place des Terreaux – 69001 Lyon
04 78 30 61 04
architecturerhonealpes@wanadoo.fr
www.archipel-cdcu.fr

 

 

 

Jongkind, des Pays-Bas au Dauphiné.

news-jongkind

Jongkind, des Pays-Bas au Dauphiné.

Le Musée Hector Berlioz à La Côte Saint-André propose une rétrospective de l’œuvre de Jongkind, peintre hollandais précurseur de l’impressionnisme.


Lire la suite

Du 20 juin au 31 décembre 2009, le musée Hector-Berlioz de la Côte Saint-André quitte momentanément le monde musical pour présenter une rétrospective exceptionnelle de l’œuvre du peintre hollandais Johan Barthold Jongkind. Ce Dauphinois d’adoption est considéré comme l’un des précurseurs de l’impressionnisme en France.

Du plat pays aux plaines et collines du Dauphiné. Né aux Pays-Bas en 1819, formé à l’école des paysagistes hollandais puis dans l’atelier parisien d’Isabey, Jongkind se partage entre la France et la Hollande. Au crépuscule de sa vie, il quitte Paris pour séjourner et peindre en Dauphiné et plus particulièrement à la Côte Saint-André, avant de s’y éteindre et d’y être inhumé.

Une rétrospective exceptionnelle. L’exposition présente pour la première fois en Rhône-Alpes des œuvres provenant de collections privées ou publiques dont le Musée d’Orsay et le musée Carnavalet à Paris, le musée Malraux au Havre ou encore le musée Eugène Boudin à Honfleur. Aquarelles, huiles sur toile et dessins illustrent l’itinéraire artistique de ce peintre considéré comme l’un des précurseurs de l’impressionnisme et dont l’œuvre est aujourd’hui conservée dans les plus grand musées internationaux.

Jongkind et le Dauphiné. L’exposition donne la part belle à la dernière partie de la carrière du peintre. Retiré dans le Dauphiné, les plaines et collines dominées par les sommets alpins sont le dernier décor de sa vie. Là, sur les terres de Berlioz, il développe, grâce à l’aquarelle, une étonnante liberté stylistique. Jongkind transcende l’étude du plein air en faisant de la lumière l’élément essentiel et mouvant de sa peinture.

Musée Hector Berlioz
69, rue de la République – 38260 La Côte Saint-André
04 74 20 24 88
www.musee-hector-berlioz.fr

Dans les pas de Jongkind en Dauphiné
15, rue de la Halle – 38730 Virieu-sur-Bourbre
www.jongkind.fr
jongkind@free.fr

Nouvelles frontières

news-NF

Nouvelles frontières

Le paysage dans la photographie contemporaine.


Lire la suite


Le paysage dans la photographie contemporaine. Du 15 juin au 30 septembre 2009, le musée du Bugey-Valromey (Ain) explore les représentations du paysage dans la photographie contemporaine européenne et internationale.

L’homme et son territoire. Constituée d’œuvres extraites des collections du musée Nicéphore Niepce de Chalon-sur-Saône, l’exposition Nouvelles Frontières présente le travail de cinq photographes d’envergure nationale et internationale. Les photos de Lewis Baltz, Claire Chevrier, Mario Giacomelli, Bertrand Meunier et Jean-Luc Mylayne interrogent le rapport de l’homme au territoire.

Artistes et témoins. Nouvelles frontières démontre que les photographes actuels sont les meilleurs experts pour une lecture du paysage rural et son rapport à la ville et à l’environnement. Paysages italiens géométrisés au graphisme complexe de Mario Giacomelli, urbanisme non maîtrisé des grandes métropoles du monde de Claire Chevrier, autant de témoignages qui questionnent et font découvrir un monde complexe.

Le musée du Bugey-Valromey : un lieu de diffusion et de découverte de la photographie. Nouvelles frontières permet au public le plus large de découvrir des œuvres photographiques représentatives des tendances actuelles de cet art. Un évènement que le département de l’Ain souhaite renouveler. L’exposition inaugure donc un cycle de rendez-vous autour de la photographie au musée départemental du Bugey-Valromey.

Musée départemental du Bugey-Valromey
01260 Lochieu
04 79 87 52 23
www.musees.ain.fr

Jules Flandrin Examen sensible

actu-flandrin

Jules Flandrin
Examen sensible


Rétrospective de l’artiste dauphinois Jules Flandrin au Musée de l’Ancien Évêché à Grenoble.

 Lire la suite

Du 29 novembre 2008 au 20 avril 2009, le Musée de l’Ancien Évêché de Grenoble se livre à un examen sensible de l’œuvre de Jules Flandrin. En offrant une lecture nouvelle de son travail, l’exposition renouvelle l’image de celui qui fut dans la première partie du XXe siècle le plus connu des artistes dauphinois.

Entre art du passé et modernité. Jules Flandrin, dans sa vie comme dans son œuvre, offre l’image d’un homme partagé entre deux siècles. Une cinquantaine de tableaux et de dessins dévoilent ainsi l’étonnante diversité et l’éclectisme de sa peinture. Les thèmes privilégiés de l’artiste sont mis en valeur et ses affinités avec l’art des Anciens comme sa proximité avec ses contemporains Impressionnistes, Nabis ou Fauves sont révélées.

Une lecture nouvelle. La présentation de 25 années de création permet de dépasser l’image du simple paysagiste dauphinois et de découvrir le virtuose de la lumière et des couleurs, le maître de la composition, qu’était aussi Jules Flandrin.

Musée de l’Ancien Évêché
2, rue Très-Cloître – 38000 Grenoble
04 76 03 15 25
www.ancien-eveche-isere.com

 

LYON, VALLÉE DE LA CHIMIE. TRAVERSÉE D’UN PAYSAGE INDUSTRIEL

Gabarit-news-CHIMIE

LYON, VALLÉE DE LA CHIMIE. TRAVERSÉE D’UN PAYSAGE INDUSTRIEL

RDV à la libraire Rive Gauche (Lyon 7e) jeudi 18 février 2016 à partir de 19h30 pour rencontrer les auteurs d’une enquête en terre inconnue.

Lire la suite

La Vallée de la chimie. David Desaleux, photographe, François Duchêne, chercheur en géographie sociale à l’ENTPE, et Léa Marchand, experte de l’association Robins des Villes proposent une découverte inédite du territoire de la vallée de la chimie, au sud de Lyon. À travers des analyses historiques (évolutions industrielles, manœuvres économiques, conséquences sur le travail, l’habitat, l’urbanisme…), les regards subjectifs offerts à des habitants rencontrés à Pierre-Bénite, Saint-Fons ou Feyzin, les descriptions des paysages entre usines, tours de cités et bords du Rhône, et enfin les photographies sensibles de Desaleux, les trois auteurs s’approchent de la réalité d’un territoire, à hauteur d’hommes et en retrait des cheminées d’usines.

La libraire Rive Gauche accueille une rencontre suivie d’une signature avec les trois auteurs. L’occasion d’évoquer la méthodologie de l’enquête et pourquoi pas de s’interroger sur les prolongations de ce travail.

JEUDI 18 FÉVRIER 2016 – 19h30
Rive Gauche
, 19, rue de Marseille – 69007 Lyon
04 78 72 72 45 – rivegauche69@wanadoo.fr